• White Instagram Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon

© 2023 by The Grid. Proudly created with Wix.com

OLIVIER
NESTELHUT
ARTISTE PEINTRE
Conférencier
Dimanche 6 Janvier 2019
14:00 - 15:00

Olivier Nestelhut est un artiste né à Paris en 1966. A l’âge de 6 ans, il débute les cours de peinture en même temps que la musique. Il étudie dans l’atelier de Christiane Rosset à Saint Cloud puis rentre à l’Ecole des Beaux-Arts de Rueil Malmaison. Parallèlement, il apprend le saxophone et la composition au Conservatoire, puis à l’American School of Modern Music.  Après avoir obtenu une maîtrise de philosophie en esthétique sur le geste du peintre, la musique prend une place prédominante dans sa vie. Il compose pour des pièces de théâtre, des chorégraphies, des courts-métrages et des chanteurs. Il mène une carrière de musicien de scène en tant que jazzman. Il s’installe à Rennes en 2002 pour se rapprocher du Finistère, sa terre d’élection. En 2008, on lui confie la direction du festival Jazz à l’Ouest poste qu’il occupera pendant 8 ans pour ensuite reprendre le fil de sa carrière artistique.

  • White Instagram Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon

Durant ces trente années, il réalise les supports visuels de ses différentes formations et de ses projets. D’autres musiciens font appel à ses services de graphistes.

Il reprend les pinceaux en 2016 et réalise une série de toiles sur le Jazz « Backstage » qui sera exposée lors du festival Jazz à l’Etage 2018 (Rennes) et à l'Espace Paul le Flem (Châteaugiron).

« Il y a trois ans, je me suis replongé complètement dans la peinture car la temporalité et le caractère immatériel de la musique ne me convenaient plus.

J’avais besoin de pouvoir me retrouver en face de ma création dans un temps arrêté, besoin concrètement de sa présence.

Le choix du portrait est lié à cette question de la présence, une nécessité de faire jaillir les figures réelles et fictives qui m’habitent.

Ma vie et ma création m’ont conduit à dialoguer avec les morts, pas de manière morbide mais comme des questions ouvertes à ceux qui m’ont précédé, qui m’accompagnent et continuent de me guider malgré leur absence. Faire disparaître les regards derrière des lunettes comme je le fais souvent participe de cette présence-absence et la met en scène. 

Par ailleurs quand il m’arrive de peindre les yeux, il s’agit de prolonger mon regard à travers les personnages que je pose sur la toile, un regard interrogatif."